Art, Culture
0

Jan Fabre, l’artiste performer qui ne voulait pas battre de record

SONY DSC

Une fois n’est pas coutume, notre experte arty Laura nous embarque dans l’univers complètement hors normes d’un artiste qui l’est tout autant. Au travers d’une exposition qu’elle a visité, elle va tenter de te présenter Jan Fabre. Artiste Belge provocant, dérangeant, voire même fascinant…

laura parisot« Hello you ! J’espère que l’automne commence à merveille de ton côté. Pour ce mois d’octobre, j’ai décidé de partager avec toi ma visite au Mac de Lyon (Musée d’Art Contemporain), où j’ai eu le plaisir de découvrir la nouvelle exposition de Jan Fabre : Stigmata. Tu ne connais pas encore Jan Fabre ? Ne bouge pas, je vais tout te dire à son sujet ! »

Pourquoi j’ai choisi de te parler de Jan Fabre ?
SONY DSC

C’est pendant mes études aux Beaux-Arts que j’ai découverts cet artiste belge. Je me suis d’abord intéressée à lui sans trop savoir l’importance qu’il avait dans le champ de l’art. Je l’ai beaucoup aimé car il fait partie de ces artistes pluridisciplinaires, touche à tout, qui maîtrisent aussi bien l’art du spectacle que le travail de la terre. Et puis, j’étais aussi très contente de découvrir un artiste belge, ça change un peu des artistes américains qui sont toujours très présents sur la scène de l’art contemporain.

Portrait d’un artiste aux multiples facettes

Pour te présenter, Jan Fabre. Il a aujourd’hui 58 ans et il est né à Anvers en Belgique, où il vit et travaille encore actuellement. Ses talents s’étendent à plusieurs champs : le dessin, la sculpture, la danse, et le théâtre.

Il a un parcours traditionnel. Il a été étudiant aux Arts Décoratifs et à l’Académie Royale de Bruxelles. Jan Fabre commence très tôt à choquer avec son art, en utilisant son sang dans ses peintures. Cet artiste est un avant-gardiste, et repousse toujours les limites pour attirer l’attention du regardeur (si-si, ça existe ! C’est une expression qui décrit la personne qui regarde une œuvre).

salle-des-glaces-credits-photo-olivier-monbailluPeut-être as-tu déjà aperçu les oeuvres de Jan Fabre ? L’une des plus célèbre est sa magnifique exposition dans la salle des Glaces du Palais Royal de Bruxelles, où il a recouvert le plafond avec 1,4 million de carapaces de Scarabées. Je peux te dire que ça en jetait ! Tous ces reflets irisés placés un à un dans cet espace majestueux pour créer un jeu de couleurs, un grouillement d’insectes s’apparentant à la plus belle des parures grandeur nature.

L’exposition «Stigmata» au Mac de Lyon

SONY DSCCette photo est un portrait de l’artiste présent dans l’exposition. Il affiche d’emblée son côté machiavélique au public en se posant des cornes de diablotin. En allant voir l’exposition «Stigmata», je n’ai pas pu rester insensible à la brillante installation qu’a proposée l’artiste. Des dizaines de tables posées les unes à côté des autres entreposant environ 800 éléments : photographies, articles maquettes, écrits, expérimentations. Ainsi que de nombreuses vidéos représentant 40 années d’« Actions et Performances».

Dont une ci-dessus où l’artiste déclare : « I never betray beauty » (Je ne trahirai jamais la beauté), une vidéo où il se coupe les cheveux et finit en se rasant à la tondeuse. J’ai eu du mal à qualifier mes sentiments dans la salle d’exposition. A la fois dérangée, conquise, admirative et très observatrice de tout ce qui m’entourait.

Le record du monde pas battu

SONY DSCToujours un brin décalé ! Jan Fabre a décidé d’organiser une performance au Vélodrome de la Tête d’or de Lyon filmée et retranscrite en direct. Et là tu vas me dire : qu’est-ce qu’une performance ? Pour Jan Fabre : «L’art de la performance est d’une grande valeur économique impayable. Il échappe à toutes règles du marché de l’art. Aucun galeriste, ni collectionneur ne peut l’acheter, ni la vendre». Elle n’a donc aucune valeur marchande puisqu’elle existe à un moment donné et on en gardera seulement des traces vidéos…. Ou dans nos souvenirs.SONY DSC

Il s’est mis pour défi grotesque de ne pas battre le record du monde détenu par le coureur cycliste Eddy Merckx en 1976, qui avait parcouru 49,432 kilomètres en une heure sur la piste. L’artiste aujourd’hui âgé de 58 ans a réalisé ce non-exploit prenant gaiement quelques pauses pour fumer sa cigarette.

Un artiste qui dérange ?

SONY DSC

Jan Fabre ne fait pas dans la demi-mesure, il ose dépasser les limites pour son travail, quitte même à être arrêté par les forces de l’ordre. On comprend dans ses écrits qu’il a passé pas mal de nuits bloqué au commissariat de police à cause de ses performances.

SONY DSC

Dans son exposition, on retrouve un certain nombre d’objets tranchants ou d’outils posés à même la table, assez perturbant à l’heure actuelle de voir que des objets plutôt dangereux sont à la portée de tous. D’ailleurs, pendant la performance du record de Merckx, Jan Fabre n’a également pas hésité à porter un morceau de viande sur lui et à croquer dedans, faisant référence au surnom du cycliste Eddy Merckx : le «cannibale».

En conclusion, difficile de parfois comprendre la noirceur de l’artiste, mais elle découle d’un vrai questionnement, de vrais interrogations sur sa quête de liberté, de dépassement des limites propres à notre société. Et toi, que penses-tu de ce genre de travail ? Intriguant non ?

jan-fabre-1Exposition Jan Fabre «Stigmata» visible du 30 septembre au 15 janvier 2016 au Musée d’Art Contemporain de Lyon

Entrée plein tarif : 8€, Demi-tarif : 4€, Horaires : mer – jeu – ven : 11h/18h, sam – dim : 10h/18h



Pour en savoir sur Laura

laura parisotLaura en connait pas mal sur la question en matière d’Art, d’Artisannat et de Mode. Elle a créé sa propre marque de bijoux contemporains. N’hésite pas à visiter son site et t’abonner à sa page Facebook.

Laisser un commentaire