Bien-être, Estime de soi
0

L’art du lâcher prise : j’apprends à relativiser

L'art du lâcher prise : j'apprends à relativiser

Pour sa nouvelle chronique, Audrey DESCAMPS, thérapeute et chroniqueuse pour LesPulpeuses.com, s’adresse à toutes celles qui connaissent des moments d’angoisse, de fatigue mentale, de stress, de désillusion ou de perte de confiance… Sous la forme d’une histoire personnelle, Audrey nous apprend à relativiser et surtout à lâcher prise. Bonne lecture !

Chères lectrices,

Après avoir posé quelques bases théoriques sur l’Estime de soi dans les chroniques précédentes, Je voulais vous faire part d’une expérience que j’ai vécue récemment. Comme vous l’avez peut-être remarqué je n’ai pas écris de chronique en mars. J’étais prise par plusieurs projets (dont je vous parlerai plus tard…) j’ai mis toute mon énergie à la conception et réalisation de ces projets, quand tout à coup, je me suis rendue compte que le mois de mars était passé et je n’avais pas écrit de chronique. J’en ai eu la respiration coupée comme quand vous réalisez que vous avez oublié quelque chose. Sur le moment, je n’avais aucune idée qui venait. Le trou noir. La page blanche. Et plus les jours passaient, plus je me disais « il faut que j’écrive ma chronique ». C’était comme dans ces films où l’héroïne essaye d’écrire une phrase et l’efface 20 fois. Pareil. J’effaçais les pauvres mots que je tapais sur mon clavier tout en ayant un florilège de jugement tous plus négatifs les un que les autres à mon égard ! Je ne vous les cite pas, je suis sûre que vous voyez de quoi je parle ! Toute mon attention était tournée vers cet article que je n’arrivais pas à écrire. Et ça tournait en boucle dans ma tête : « Il faut que j’écrive cette chronique ».

Alors, comment suis-je arrivée à écrire les mots que vous êtes en train de lire ? Et bien, Je me suis reposée. J’ai accepté le fait que je n’avais pas écrit de chronique et j’ai lâché mon ordinateur, je suis allée prendre des bains de lumières, j’ai fait des siestes, je me suis posée sur l’herbe des jardins publics, j’ai mangé des salades composées pleines de couleurs et bu des jus de légumes… C’était comme un air de vacances.

Après quelques temps, j’ai senti que mon énergie revenait. Mes idées étaient à nouveaux positives. Je venais de faire une expérience qui changeait ma confiance en moi. Le voilà mon article !

Le rythme de nos vies actuelles est de plus en plus rapide. Les attractions sont nombreuses et constantes. La possibilité de connexion avec le monde est sans limite ou presque. C’est inhumain. Nous avons des limites. Notre corps a des besoins et des cycles qui lui sont propres. Le repos est un besoin de base. Tout aussi « 2.0 » que soit notre quotidien, nous sommes des mammifères dont les rythmes sont encore ceux du temps des mammouths. Notre corps est calé sur le rythme de la nature. Jour, nuit, hiver, printemps, été, automne… Sauf que notre tête, et le rythme des médias nous amène a toujours être en alerte. Nouvelles infos, nouvelles modes, nouvelles séries… Il y a toujours quelque chose de « plus » qui arrive. L’hiver prépare la terre pour les récoltes de l’été qui suit. Les périodes de repos permettent au corps et à la tête d’intégrer les événements qui viennent d’arriver et de récupérer de l’énergie. La quantité de repos est proportionnelle à votre fatigue. Plus vous êtes épuisée et plus vous aurez besoin de temps pour retrouver de l’énergie. Reposez-vous souvent, dès que vous en sentez le besoin. Et vous repartirez de plus belle. Car, comme dit le proverbe « Qui ménage sa monture, va plus loin. »

Audrey

Pour tout savoir sur les chroniques d’Audrey, rendez-vous sur notre rubrique « Estime de soi »

0 Commentaires

Laisser un commentaire