Cinéma, Culture
3

#LaureAuCine te recommande The Danish Girl

the danish girl affiche

Laure, notre critique ciné, a écumé les salles de ciné à la recherche de LA perle à te proposer. Aujourd’hui, elle te propose une film autant passionnant que déroutant : The Danish Girl. Pas qu’un film de gonzesse (on voit déjà ton mec roulé des yeux) mais une petite merveille cinématographique…

 

laure lecompte cinema« Salut à toi qui sors des fêtes de fin d’année la tête pleine de bonnes résolutions, pour commencer 2016 en beauté et te faire plaisir je te propose une petite douceur pour accompagner tes popcorns au cinema ce mois-ci : The Danish Girl » – Laurie.

 

Derrière ce titre énigmatique se cache une incroyable histoire vraie comme le scande l’affiche du film. C’est l’histoire d’amour de deux jeunes peintres Gerda et Einar Wegener. Ce dernier deviendra Lili la première personne à avoir subi une vaginoplastie (une opération de changement de sexe) en 1930. Tu me diras : “Les films historiques tire-larmes c’est pas trop mon genre, ça n’a pas l’air marrant”. Alors « marrant », c’est sur que tu ne vas pas rire à t’en claquer la cuisse… Mais t’ennuyer devant du mélo guimauve, je te rassure que ce n’est pas le genre.the danish girl avis

Et à cela une bonne raison : Tom Hooper !  Le réalisateur british du Discours d’un roi. Il a quand même réussi à transformer une histoire d’un roi qui bégaye en un film poignant, émouvant et parfois drôle (personnellement la scène ou Colin First gesticule en criant des Fuck fuck fuck est ma préférée)… Sans devoir y ajouter des meurtres, une guerre ou du drame shakespearien. C’est fort ! Alors une femme prisonnière du corps d’un homme, en plein entre les deux guerres, avec une histoire d’amour qui veut y survivre, émotion garantie.

Mon autre coup de Coeur dans ce film : le casting ! Ok, ce ne sont pas Brad Pitt et Angelina Jolie question notoriété, mais niveau talent, le couple phare du film n’a rien à leur envier. L’acteur britannique Eddie Redmayne (le petit prodige d’une Merveilleuse histoire du temps qui jouait le tétraplégique génie Stephen Hawking) incarne le personnage d’Einar luttant contre sa propre nature de façon incroyable (il est méconnaissable en Lili) avec beaucoup de justesse. On y voit vraiment une femme et pas un travesti burlesque et maniéré. La deuxième moitié du tandem, c’est le personnage de Gerda, interprétée par la jolie Alicia Vinkander. Une femme admirable de force et de courage, qui n’hésitera pas à encourager son mari depuis sa première transformation en Lili, jusqu’a l’opération tant controversée. Si c’est pas de l’amour ça 🙂the danish girl critique

Malgré le thème assez rude, le film est un véritable tableau vivant, un monde tout en douceur et en couleurs, à l’image des tableaux des deux artistes. Le réalisateur en fait une expérience très sensuelle (beaucoup de gros plans sur les tissus, les visages des acteurs, les caresses), pour nous faire oublier presque la salle de ciné et l’environnement alentour. On est transporté avec facilité dans l’époque et dans l’histoire. On s’y croirait presque.

Alors si passer un moment tout en délicatesse te tente autour de belles peintures et d’une histoire d’amour ne vas pas voir the Danish Girl…cours-y!



 

laure lecompte cinemaPour en savoir plus sur Laure

Découvre sa bio

3 Commentaires

  1. C’est une très bonne review que tu nous fait là 😉 Je suis d’accord, c’est un très bon film et les personnages sont magnifiquement interprétés…

Laisser un commentaire