Bien-être, Santé
0

Ostéopathie : médecine alternative ou imposture ? (2/2)

Ostéopathie : médecine alternative ou imposture ? (2/2)

Après nous avoir expliqué les fondamentaux de l’ostéopathie, Olivier NTSIBA, ostéopathe nouvelle génération, nous parle plus en détails de sa pratique. On va enfin savoir si l’ostéopathie est une médecine alternative ou une imposture…

Les Pulpeuses : Que soigne l’ostéopathie?

Olivier Ntsiba : Comme je l’ai expliqué, l’ostéopathie ne vise pas à traiter telle ou telle pathologie, mais traite un patient dans la globalité afin de lever les obstacles à l’auto guérison. Ainsi, on peut consulter en ostéopathie pour tous types de troubles tels que des migraines, des troubles digestifs, des troubles du sommeil, des sinusites, des otites, et bien entendu des douleurs, mais la liste ne s’arrête pas là.

Il n’y a aucune contre-indication absolue à l’ostéopathie. Par contre, il y a des contre-indications à certaines techniques. Il faut bien comprendre également que l’ostéopathie n’a pas pour vocation à remplacer la prise en charge médicale mais à la compléter. Il est d’ailleurs conseillé d’aller voir un médecin avant d’aller chez l’ostéopathe afin d’écarter les contre-indications.

LP : Tu parlais de techniques. Existe-t-il différentes manières de pratiquer l’ostéopathie? 

ON : Je pense qu’il existe autant d’ostéopathies qu’il y a d’ostéopathes. D’abord dans l’organisation d’une consultation, ensuite dans la pratique car il y a énormément d’outils de test et de traitement. Les techniques ostéo articulaires sont souvent celles qui marquent le plus les esprits. Ce sont celles qui font « craquer » les articulations. Mais ces techniques ne représentent que 15% de toutes les techniques que nous pouvons utiliser. Il existe une multitude de techniques utilisées par les ostéopathes. Pour toutes les énumérer, il faudrait plusieurs articles je pense. Pour ma part, je m’adapte au patient. En fonction du ressenti et également de ce qu’il va me dire, je choisis parmi ce large panel de techniques, celles qui pour moi auront le meilleur résultat.


LP : Comment travaille un ostéopathe?

olivier ntsiba 2ON : Une consultation se déroule suivant 3 étapes : L’Interrogatoire, L’Examen et le Traitement

L’interrogatoire permet de mettre en évidence le motif de consultation et de connaître l’histoire du patient. On collecte à ce moment-là énormément d’informations sur le patient y compris sur des choses qui peuvent paraître sans rapport avec le motif de consultation. Dans le cas où aucune contre-indication à la pratique ostéopathique n’apparait, le praticien passe à l’examen ostéopathique.

L’examen du corps du patient donne une multitude d’informations. Dès l’observation de la posture, on apprend beaucoup d’un patient, certains ostéopathes expérimentés passent d’ailleurs directement à l’examen et font l’interrogatoire en même temps.

Pour l’examen, il peut être demandé au patient de passer en sous vêtement, il peut donc être conseillé de se munir d’un short de pratique et d’un débardeur. Certains ostéopathes laissent leurs patients habillés. Si le fait de vous dévêtir vous pose un problème, n’hésitez pas à en parler directement avec l’ostéopathe.

Quel que soit la localisation de la douleur, l’ostéopathe testera l’ensemble du corps du patient afin de mieux comprendre la cause de la douleur. Une fois terminé l’examen ostéopathique, le traitement pourra débuter.

Le traitement peut cibler des zones parfois géographiquement éloignées de la zone douloureuse. Exemple : L’ostéopathe peut être amené à mobiliser le bassin afin de traiter une douleur d’épaule.

Même si la consultation dure entre 45 minutes et 1 heure, le traitement prendra 48 heures. C’est le temps pour le corps d’enregistrer les nouvelles informations. Durant les 48 heures après la consultation il est donc possible que les douleurs soient toujours présentes, voire même qu’elles se déplacent ou s’intensifient. Pour limiter ces effets secondaires d’une consultation ostéopathique il est conseillé d’éviter l’activité physique (sport, ménage, déménagement) pendant ces 48 heures et de boire suffisamment d’eau.

Le patient peut également se sentir fatigué ou vertigineux. Dans le cas où le patient est sensible aux vertiges, il est conseillé pour lui de venir accompagné pour ne pas avoir à prendre la route après la consultation.

Ostéopathie : médecine alternative ou imposture ? (2/2)

LP : Pourquoi traite-t-on la profession de charlatan?

ON : Cette accusation est pour moi d’abord due au manque de connaissance du métier. D’autre part, certains ostéopathes n’expliquent peut être pas assez la raison pour laquelle ils s’éloignent géographiquement de la zone douloureuse. On entend souvent parmi les détracteurs de l’ostéopathie des phrases du genre « Je suis venu pour une douleur d’épaule et il n’a pas touché une fois mon épaule ». Mais on a bien cité plus tôt le principe d’unité du corps qui explique bien que la cause d’une douleur est très souvent éloignée de celle-ci.

Ensuite, un autre problème a été cité plus tôt, c’est la disparité des formations. Non seulement les ostéopathes n’ont pas les mêmes formations, mais en plus de cela ils n’utilisent pas toujours les mêmes termes que les médecins et même pour certaines choses ils n’utilisent pas les même termes que d’autres ostéopathes. Cela entraîne un énorme problème de communication entre le monde médical et le monde de l’ostéopathie.

De plus, il faut savoir que les effets bénéfiques d’une partie des pratiques ostéopathiques ne sont pas scientifiquement prouvés par des études. Ce qui augmente probablement l’incompréhension d’une partie du corps médical. Mais les études se font connaître de plus en plus et de plus en plus de médecins connaissent l’ostéopathie. Pour en avoir rencontré beaucoup lors de mon installation, je peux assurer que la plupart nous font un bon accueil, parfois même meilleurs que certains confrères.

Il faut savoir aussi que l’ostéopathie impose aux praticiens une ouverture d’esprit qui l’oriente parfois vers d’autres pratiques telles que la phytothérapie (utilisation thérapeutiques de plantes), l’aromathérapie (huiles essentielles) et parfois le magnétisme ou d’autres pratiques qui peuvent être associées à du charlatanisme de par leur côté empirique. Il faut simplement reconnaître quand un praticien sort du cadre ostéopathique. Je pense que c’est la malhonnêteté ou le plutôt le manque de clarté de ces praticiens qui associe la profession d’ostéopathe à celle de pratiques mystiques. Quels que soient les résultats obtenus par ces pratiques, il est important qu’un praticien détermine quand il s’agit d’ostéopathie, et quand il s’agit d’autre chose.

 

olivier ntsibaMerci à Olivier NTSIBA pour toutes ses informations et ses conseils.
Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à le contacter vie son site web ntsiba-olivier-osteopathe.fr/

Laisser un commentaire