Cinéma, Culture
0

The Neon Demon : une main de velours dans un gant d’acide

147429

En 2016, le cinéma mais à mal l’industrie de la mode et le monde des podiums tout particulièrement. L’Idéal, dernier film de Frédéric Beigbeder en a d’ailleurs fait les choux gras lors de sa sortie, il y a quelques jours. Aujourd’hui, notre critique cinéma te propose la version plus trash et moins drôle du mannequinat avec un film chox : THE NEON DEMON.

laure lecompte cinema« Salut toi! Ce mois-ci, je suis allé voir l’un des films phares du tapis rouge de Cannes : The Neon Demon. Un film déroutant voire choquant. Je ne suis pas sortie de la salle en chantant “ I’m walking on sunshine “. J’ai plutôt potassé pas mal de choses rapport à ma petite personne. » – Laure

 

Ceci n’est pas de la science fiction

The Neon Demon c’est une histoire toute simple en apparence : Jesse (Elle Fanning), jeune et jolie ingénue de 16 ans sans la moindre famille débarque à Los Angeles dans l’espoir de devenir mannequin. Sa beauté et sa candeur lui ouvrent rapidement les portes des défilés… Et lui créent aussi de nombreux ennemis.

La forme déformée

Nicolas Winding Refn - The Neon DemonLe premier plan annonce la couleur, la protagoniste apparait dans une mare de sang la gorge tranchée. Rassure-toi, elle pose en fait pour un shooting photo, mais ça laisse présager le ton du film. Et ça se confirme ! Pour regarder la suite, mieux avoir l’estomac bien accroché et ne pas être épileptique (les séquences au néon clignotant sont nombreuses).

J’espère que la vue du sang ne te fait pas tourner de l’oeil, la scène de la douche et du bain d’hémoglobine ( littéralement), par exemple ne t’aidera pas à te détendre.

Je ne veux pas te faire peur car il n’y a pas que ça. Le personnage de Jesse toute fraîche toute pale contraste bien avec cet univers glauque à souhait. En tout cas, jusqu’à sa métamorphose en “créature “ des podiums, le néon bleu qui la symbolisait laisse place à un rouge sang, et son regard apeuré devient celui de la pire des garces. Comme quoi, sous les feux de la rampe, on perd de son authenticité en un battement de cils.

Le fond très profond

the neon demon critiqueAlors là tu me diras : « pourquoi j’irais voir ce film? ». Parce qu’il ne fait pas du trash pour du trash. Il dénonce au contraire cet univers glaciale et surfait de la mode. Mais pas seulement ! La “morale” n’est pas juste : les mannequins sont trop maigres et pas gentilles. Jesse représente la beauté pure et simple sans artifices, ce à quoi tendent toutes les femmes du film, pour diverses raisons.

Une tirade de notre innocente blondie, synthétise à mon sens toute l’idée : “je suis dangereuse” dit-elle avec ses grands yeux de biche “ Je suis dangereuse. Toutes les femmes tueraient pour me ressembler. Elles se charcutent, se laissent mourir de faim pour espérer devenir une pale copie de ce que je suis ».Elle Fanning - The Neon Demon

Et c’est vrai. Les trois autres personnages sont prêts à toutes les monstruosités pour pouvoir toucher du doigt cette beauté candide. Que ce soit la rivale jalouse, la mannequin refaite et sur le déclin ou la soupirante rejetée.

En sortant je me suis dit : la plupart des femmes n’arrivent pas à se trouver belles et font parfois des choses dangereuses à leur corps ou à leur estime d’elles-même. Mais est-ce que ça vaut le coup de ressembler à certaines de ces folles torturées du film? Non! D’ailleurs je suis aller manger un burger frites juste après 🙂

 



Pour en savoir plus sur Laure

laure lecompte cinemaAvec son oeil de faucon et sa plume acerbe, cette critique ciné donne son avis sur les dernières sorties ciné. Découvre sa bio

Relis ses chroniques #LaureAuCine

Laisser un commentaire